Nantes
contact@editionsaldeia.fr

Aline Bei, Le poids de cet oiseau-là

Aline Bei, Le poids de cet oiseau-là

18,50

Un roman à la fois dense et léger, brutal et poétique

Le poids de cet oiseau-là dresse le portrait d’une femme brésilienne, de ses huit à cinquante-deux ans. Les premiers mots du roman sont tendres et ingénus. La voix de l’enfant n’est pas étouffée. Quand un jour le directeur de l’école lui annonce que son amie Carla ne reviendra pas, son monde se fissure et ouvre une brèche plus grande que l’avenue Paulista. Puis, monsieur Luis disparaît à son tour. À chaque nouvelle rencontre, à chaque étape de sa vie, à chaque virage au bord du précipice, elle lutte non sans mal pour ne pas sombrer dans la douleur qui la submerge, pour ne pas se laisser enivrer par la passivité. Les blancs, les non-dits accumulés au fil des années, sont couchés sur le papier et racontent sa véritable histoire, celle qui ne fut jamais dite à voix haute.

200 en stock

Catégorie :

Description

L’auteur

Née en 1987 à São Paulo, Aline Bei est diplômée en littérature de l’université catholique pontificale de São Paulo et en arts du spectacle de l’école de théâtre Célia Helena. Elle est rédactrice et chroniqueuse pour le site culturel OitavaArte. Le poids de cet oiseau-là est son premier roman. L’écriture sensible et ciselée d’Aline Bei nous dévoile l’engrenage de la violence, des mensonges et du repli sur soi. L’auteur nous offre un roman à la fois dense et léger, brutal et poétique. Ce récit poétique est récompensé par le prix de littérature de São Paulo en 2018.

Presse

« Aline Bei est une écrivaine audacieuce, au style unique, qu’elle défend comme peu d’auteurs ne le font. »

Ruan de Sousa Gabriel et Alessandro Giannini, O Globo

« Ce récit poétique et original prend le lecteur par la main et les yeux se remplissent de souvenirs. Le personnage que l’on suit de ses 8 à 52 ans accumule les épreuves tout au long de sa vie, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il n’existe aucun remède à tant de vides. Mais, elle le fait en regardant tout à l’envers, et en couplets, inondant cet univers de mélodies. »

Marcelo Semer, Revista Continente

« A chaque nouveau chapitre, la résilience de l’héroïne prouve que, même face aux plus terribles pertes, la vie trouve des issues et perpétue son cycle. »

Marianne Domingos, Achados & Lidos 

Lire quelques extraits du roman :

Pourquoi vous devriez lire Le poids de cet oiseau-là :

Une héroïne des temps modernes, entre résilience et solitude  :

  1. Le poids de cet oiseau-là est un texte très émouvant, poignant. Ce roman aborde avec finesse la question du regret maternel, de la solitude, des violences faites aux femmes, de la difficulté d’être une mère célibataire. À chaque nouveau chapitre, la résilience de l’héroïne prouve que, même face aux plus terribles pertes, la vie trouve des issues de secours.
  2. On ne peut que s’attacher à l’héroïne, une femme qui oscille entre fierté, honte et colère. L’auteur trouve les mots justes pour parler de sororité et des violences faites aux femmes. Le roman est fascinant par la précision, la justesse dans la description des émotions. Il offre une analyse psychologique très fine des relations humaines.
  3. Aline Bei met en scène le corps féminin, la métamorphose d’une femme de ses sept à cinquante-deux ans. Son écriture évolue au fil des années : quand elle a 8 ans, elle écrit comme une enfant de 8 ans, quand elle a 17 ans, elle écrit comme une ado, etc. Ses mots sur le corps meurtri par l’Autre et le temps sont d’une extrême crudité. Elle nous y dévoile l’engrenage de la violence et du repli sur soi.
  4. Les phrases fragmentées et incisives ne peuvent qu’amener le lecteur à se précipiter vers ce dénouement fatal. On est happé par ce récit et on ne peut plus s’arrêter de le lire.
  5. Vous allez partir au Brésil. L’auteur vous emmène dans les plus grandes avenues de São Paulo. Vous allez déambuler dans les Champs-Élysées de cette mégalopole de 40 millions d’habitants comme si vous y étiez. Ce n’est pas le Brésil du carnaval et des plages dorées que vous allez voir, mais ce pays où l’avortement reste interdit et les violences faites aux femmes restent endémiques.

Une écriture unique, fascinante, poétique et brutale  :

  1. Aline Bei remporte le prix de littérature de São Paulo en 2018.
  2. Cette écrivaine brésilienne remonte le temps et en couplets. Elle inonde son univers de mélodies. On ne peut qu’être intrigué par ce style très poétique, au rythme aussi entraînant que celui d’une batucada. L’auteur multiplie les jeux de sonorités, parfaitement reproduits par la traduction d’Anne-Claire Ronsin. On a envie de prendre son tourne-disque et d’accompagner la lecture de jazz.
  3. Son style original et dépaysant rompt avec la monotonie de la typographie habituelle. On pourrait croire que c’est un recueil de poèmes. En prenant de telles libertés, Aline Bei souffle un vent nouveau sur la forme romanesque. Aline Bei refuse de rentrer dans des cases. Ce texte se lit d’une traite (diffcile de s’arrêter de lire quand l’auteur ne met pas de points à la fin des phrases). Évidemment, cette écriture non-conformiste désarçonne souvent les lecteurs au début. 😉
  4. C’est un roman sensible, rempli de notes d’humour et d’images poétiques, ce qui nous fait voir la vie autrement.
  5. Aline Bei est une jeune auteure très prometteuse, son deuxième roman vient de sortir au Brésil. Soutenons les créations des femmes écrivaines !

 

 

Découvrir notre catalogue

Informations complémentaires

Poids 0,321 kg
Dimensions 13 × 2 × 20 cm